Youtube Livres
Sénèque : approche rapide
Lettre 1 à Lucilius, version exclusive Ternoise 2017
A Lire... Avant de quitter seneque.info

distinction du bon et du mauvais repos





Sénèque
page 1
 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Forum 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Biographie 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Lettres à Lucilius  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Théâtre 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Autres Oeuvres  
le regard de seneque selon tableau Rubens
citations essentielles 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Les livres 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Héritiers de Seneque  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Plan du site 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Contact 



[6,55] LV. SUR LA MAISON DE VATIA. DISTINCTION DU BON ET DU MAUVAIS REPOS.

Je descends de litière aussi fatigué que si j'avais marché
tout le temps que je suis resté assis. On se fatigue en effet
d'être porté longtemps, et d'autant plus, il me semble, que
c'est contraire à la nature, qui nous a donné des pieds pour
marcher comme des yeux pour voir. Les raffinements ont engendré
chez nous la faiblesse, à force de ne pas vouloir, nous
avons fini par ne plus pouvoir. Cependant j'ai besoin de me
secouer, soit pour faire couler la bile, si c'est elle qui m'obstrue
la respiration, soit pour raréfier par le mouvement l'air de
mes poumons, si, par quelque cause, il est devenu trop dense.

Je me suis bien trouvé de la voiture ; c'est pourquoi j'ai voulu
prolonger ma route, invité d'ailleurs que j'étais par le rivage
qui se courbe entre Cumes et la maison de Servilius, et qui,
resserré d'une part par la mer et de l'autres par le lac, forme
comme un étroit sentier ; avec cela, une tempête récente avait
durci la grève. Car, vous le savez, les flots, à force de revenir
et de battre violemment le sol, finissent par le niveler, tandis
qu'un trop long calme le dissout en privant le sable de l'humidité
qui lui sert de lien. Cependant je me mis, suivant mon
usage, à chercher autour de moi quelque spectacle qui pût
m'être profitable, et mes yeux se portèrent sur la maison que
posséda jadis Vatia. C'est là que vieillit ce riche personnage prétorien,
célèbre seulement par son oisiveté, pour laquelle on
l'estimait heureux. Car, toutes les fois que l'amitié d'Asinius
Gallus, ou que la haine et plus tard l'affection de Séjan, homme
dangereux comme ami non moins que comme ennemi, faisait
quelque victime, la foule s'écriait : « 0 Vatia, toi seul possèdes
l'art de vivre.
» Mais lui, ce qu'il savait, c'était se cacher, et
non pas vivre.

Car il y a une grande différence entre le repos et f indolence.
Pour moi, du vivant de Vatia, je ne passais jamais devant
cette maison sans dire: « Ci-gît Vatia. » Mais la philosophie
a quelque chose de si sacré et de si respectable,
qu'on en chérit jusqu'au faux semblant. Le vulgaire voit-il
un homme oisif? il le prend pour un philosophe retiré du
monde, tranquille, content de lui-même et vivant pour lui
seul; avantages qui n'appartiennent qu'au sage. Sans doute
celui qui ne s'inquiète de rien sait vivre pour lui-même; car
il sait vivre, et c'est le point essentiel. Mais celui qui a fui les
hommes et les affaires, que des désirs trompés ont éloigné du
monde, qui n'a pu supporter le spectacle d'un bonheur plus
grand que le sien, qui, de même qu'un animal faible et sans
énergie, s'est caché par peur, celui-là ne vit pas pour lui-même;
il vit de la vie la plus honteuse, pour son ventre, pour le
sommeil, pour la débauche. Ne vivre pour personne, c'est ne
pas vivre pour soi. Et pourtant la constance, la persévérance à
suivre un même but, sont choses si belles, que la paresse même
impose quand elle est soutenue.

Quant à la maison même, je ne saurais vous en rien dire
de positif; car je n'en connais que la façade et les dehors, ce
que peuvent voir tous les passants. On aperçoit deux cavernes
artificielles d'un travail immense et semblables à de vastes
vestibules, l'une inaccessible au soleil, l'autre qui le reçoit
jusqu'à son coucher. Au milieu d'un bois de platanes coule,
à la manière de l'Euripe, un ruisseau qui, d'un côté, se perd
dans la mer, de l'autre, dans le lac Achéruse ; ruisseau poissonneux,
bien qu'on y pêche souvent. Néanmoins on le ménage
lorsque la mer est tenable; de sorte que, quand la tempête
donne des loisirs aux pêcheurs, on n'a qu'à étendre la main
pour prendre. Mais le plus grand mérite de cette maison, c'est
le voisinage de Baies : elle en a les avantages sans les inconvénients.
Telles sont les qualités que je lui connais. De plus,
il me semble qu'elle est de toutes les saisons ; car, exposée
au vent d'ouest, elle le reçoit à tel point, qu'elle en prive la
ville de Baies. Au total, Vatia ne fut pas mal avisé, en choisissant
cet endroit pour y passer ses jours d'indolence et de vieillesse.

Mais qu'est-ce que le lieu pour la tranquillité de l'homme?
C'est l'âme qui donne du prix à tout. J'ai vu des gens tristes
dans des campagnes riantes et pleines de délices; j'ai vu, au
sein de la solitude, le trouble des affaires. Persuadez-vous le
donc bien, mon ami, le malaise que vous éprouvez ne vient
pas de ce que vous n'êtes pas en Campanie. Pourquoi, d'ailleurs,
n'y êtes-vous pas? envoyez vos pensées jusqu'en ces
lieux. On peut s'entretenir avec ses amis quoique absents, et
cela aussi souvent et aussi longtemps qu'on le veut. Et ce
plaisir, le plus grand de tous, on le goûte bien mieux quand
on est éloigné. Car la présence nous blase ; et, parce que
nous avons causé quelques instants ensemble, assis ou en
nous promenant, une fois séparés, nous ne pensons plus le
moins du monde à celui que nous venons de voir. Ce qui doit
donc nous faire supporter l'absence avec résignation, c'est
que, pour être rapprochés, deux amis ne se voient guère plus.
Comptez les nuits qu'on passe séparément, les occupations différentes
de chacun, les études solitaires, les courses à la campagne,
et vous verrez que c'est bien peu de chose que le temps
enlevé par les voyages. C'est dans le coeur qu'il faut posséder
son ami : là, jamais d'absence; celui qu'on veut voir, on le
peut voir tous les jours. Ainsi étudiez avec moi, soupez avec
moi, promenez-vous avec moi. Nous vivrions trop à l'étroit,
si des barrières étaient imposées à notre imagination. Je vous
vois, mon cher Lucilius, je vous entends encore : je vous quitte
si peu, que j'en suis à douter si c'est une lettre, et non un billet que je vous écris.



lettre suivante : le sage peut etudier et vivre tranquille partout



Commentez :

Votre commentaire ou réflexion





sur le forum : Quand le rap français est inspiré par Sénèque
Lecture