Youtube Livres
Sénèque : approche rapide
Lettre 1 à Lucilius, version exclusive Ternoise 2017
A Lire... Avant de quitter seneque.info

eloquence qui convient au philosophe





Sénèque
page 1
 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Forum 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Biographie 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Lettres à Lucilius  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Théâtre 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Autres Oeuvres  
le regard de seneque selon tableau Rubens
citations essentielles 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Les livres 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Héritiers de Seneque  
le regard de seneque selon tableau Rubens
Plan du site 
le regard de seneque selon tableau Rubens
Contact 



[4,40] XL. DE L'ELOQUENCE QUI CONVIENT AU PHILOSOPHE.

Vous m'écrivez souvent, je vous en remercie; c'est là, en
effet, le seul moyen de vous montrer à moi. Jamais je ne reçois
de vos lettres qu'aussitôt nous ne soyons ensemble. Si nous
aimons à contempler l'image qui nous rappelle un ami absent,
si cette consolation vaine et mensongère trompe un moment
notre douleur; que de charmes ne devons-nous pas trouver
dans une lettre qui nous reproduit avec vérité, l'expression vivante
de l'ami dont nous regrettons l'absence! Oui, dans ces
caractères où sa main est empreinte, nous retrouvons encore
ce que sa présence avait de plus doux!

Le philosophe Sérapion est donc venu dans vos parages? Il
parle, vous a-t-on dit, avec une grande volubilité. Dans sa bouche
les mots ne se succèdent pas, ils se pressent, ils se poussent,
ils viennent en trop grand nombre pour qu'une seule
voix y puisse suffire. C'est un défaut dans un philosophe
chez lui le débit doit être mesuré comme la conduite; or, la
précipitation exclut la mesure. Cette éloquence abondante et
rapide qui tombe sans cesse comme des flocons de neige,
Homère la prête à l'orateur. Mais, des lèvres du vieillard, il
fait découler une éloquence calme et plus douce que le miel.

Croyez-moi, ce débit impétueux, ce flux de paroles conviennent
plus à un charlatan qu'à celui qui enseigne et pratique
de grandes et sérieuses doctrines. Mais je n'aime pas plus la
lenteur que la précipitation. L'oreille ne veut être ni assourdie
ni accablée. Cette pauvreté, cette sécheresse de langage
rendent l'auditeur moins attentif; il s'ennuie à la longue de
ces pauses continuelles. Néanmoins la pensée qu'il faut attendre
se retient plus aisément que celle qui ne fait qu'effleurer
les oreilles. Enfin on dit que le maître donne des leçons à
ses disciples : peut-on donner ce qui s'enfuit? Ajoutez que
l'éloquence, interprète de la vérité, doit être simple et sans
apprêt. L'éloquence populaire n'a pas la vérité pour objet.

Emouvoir la foule, entraîner l'inexpérience, voilà son but;
elle ne se laisse pas guider, elle s'emporte. Eh! comment régler
les autres quand on ne connaît pas de règles ? En un mot, un
discours destiné à guérir l'âme, doit au moins descendre au
fond de nos coeurs. A quoi servent les remèdes, s'ils ne séjournent
dans le corps? Et puis ce verbiage cache un grand vide ;
beaucoup de mots, pas d'idées. Vous avez mes craintes à dissiper,
mes passions à combattre, mes erreurs à détruire, mes débauches
à réprimer, mon avarice à corriger! Pensez-vous faire tout
cela à la course? Est-ce en passant qu'un médecin guérit ses
malades? Et même, à ne consulter que le plaisir, en trouvet-on,
dites-moi, dans ce choc de paroles jetées à l'aventure?

Mais on aime à voir une fois les choses que l'on croyait impossibles ;
ces artisans de paroles, c'est bien assez de les entendre
un moment. Qu'y trouve-t-on à apprendre? à imiter? et que
penser de l'esprit d'un orateur si confus, si fougueux, si désordonné?
Voyez cet homme qui court sur une pente; il ne peut
s'arrêter où il veut, le poids de son corps l'entraîne. Telle est
cette éloquence emportée, jamais maîtresse d'elle-même, indigne
d'un philosophe. Le philosophe doit placer ses paroles et
non les jeter à la hâte, il doit s'avancer pas à pas. - Quoi
donc? ne pourra-t-il jamais s'élever? - S'il le peut! oui,
certes, mais sans compromettre sa dignité; elle disparaît parmi
ces tours de force et ces exagérations. Qu'il ait de l'énergie,
mais de la mesure ; que ce soit une source abondante, et non
pas un torrent. C'est à peine si je pardonne à l'orateur cette
précipitation qui va sans règles et sans lois. Eh! comment
pourra-t-il être saisi par un juge quelquefois ignorant et novice,
surtout si le vain désir de briller, si un mouvement dont
il n'est pas le maître, le mettent hors de lui? Il ne doit hâter,
presser ses paroles, que suivant la portée de son auditoire.

Vous ferez donc bien de ne pas fréquenter ces orateurs plus
curieux de beaucoup dire que de bien dire ; et, s'il y avait un
choix à faire, d'imiter plutôt P. Vinicius de qui Asellius disait
qu'il traînait ses mots. - Je ne sais comment vous pouvez le
trouver éloquent, disait Geminus Varius, il ne peut assembler
trois paroles. - Eh bien ! je préférerais en vous le défaut de
Vinicius, dût un mauvais plaisant vous railler comme lui. Les
mots sortaient un à un de sa bouche, comme s'il dictait ; on lui
cria : Parlez, de grâce, ou taisez-vous. En effet, le débit précipité
de L. Hatérius, l'orateur le plus célèbre de son temps,
est un défaut que doit éviter tout homme sensé. Jamais on ne
le vit s'arrêter ni hésiter; il commençait et finissait d'une
seule traite. J'avoue que chaque peuple a ses convenances ;
l'excès que je blâme est permis chez les Grecs ; nous, au contraire,
même en écrivant, nous séparons nos mots.

Cicéron lui-même, qui a donné l'essor à l'éloquence latine, Cicéron
avait une marche réglée. Notre langue est circonspecte ; elle
sent sa dignité et veut la faire sentir. Fabianus, célèbre par
ses vertus, son savoir, et ce que je mets au troisième rang, son
éloquence, parlait avec aisance plutôt qu'avec rapidité ; c'était
de la facilité, et non pas de la vitesse. Telle doit être, selon
moi, l'éloquence du sage ; je n'exige pas que ses paroles coulent
sans obstacles, et même je préfère en lui la lenteur à la précipitation.

Je cherche d'autant plus à vous préserver de ce défaut qu'il n'arrive jamais
qu'aux dépens de la honte, et qu'il faut, pour le prendre avoir cessé de rougir
et de s'écouter. Ce flux inconsidéré entraîne après soi mille inadvertances
que l'on voudrait corriger. Non, cette volubilité n'est pas compatible
avec la décence; elle exige d'ailleurs qu'on l'exerce tous
les jours, qu'on sacrifie l'étude des choses à celle des mots.
Ces mots se présenteraient d'eux-mêmes et viendraient sans
travail, qu'il faudrait se modérer. La démarche du sage doit
être modeste ; son éloquence ferme et sans audace. Je réduis
donc tous mes préceptes à celui-ci : soyez lent à parler.


lettre suivante : dieu reside dans homme de bien



Commentez :

Votre commentaire ou réflexion





sur le forum : Quand le rap français est inspiré par Sénèque
Lecture